Né en Algérie en 1964. Une adolescence baignée dans le rock et la pop où il s'intéresse à l'expression artistique, fait de la bande dessinée, de la photo, il réalise et monte des petits films en super8, joue de la guitare. Mais c'est de la batterie qu'il veut jouer, c'est avec elle qu'il découvre le jazz, cette musique influencera également son style de jeu.

En 2004 il intégre le CMDL (Centre des Musiques Didier Lockwood) durant cette année il y fait d'enrichissantes rencontres, elles marqueront ensuite un tournant dans sa perception de la musique. En 2006, il forme son premier groupe de Jazz comme leader, toujours à la recherche de nouveaux sons, Hakim fréquente aussi des groupes de Rock, Soul, Blues, musiques Klezmer, musiques d'Afrique... Toutes ces couleurs et ces différences se retrouvent dans sa musique.

En 2010, il forme le groupe Akasam, sa musique restitue l'atmosphère de son enfance et la culture de ses origines.

Il développe désormais son nouveau projet « Molina Unit » avec ses amis David Jacob (basse), Philippe Figueira (Guitare) et Vincent Hay (vidéo mapping). Hakim Molina, se met en scène avec sa batterie et l'enregistre "live" dans des lieux construits et abandonnés par l'homme. Cela donne suite à une série de vidéos avec une musique originale inspirée du lieu. Elle est portée par David Jacob (basse) et Phil Figueira (guitare), les images sont tournées par Vincent Hay. Hakim désire continuer à tourner ces vidéos mais décide aussi de prolonger le concept en proposant un spectacle, un concert avec la même équipe, en y associant musique et vidéo mapping.

Un spectacle de batterie solo, intégrant musique échantillonnée et vidéos mixés en "live" par Vincent Hay est en cours de création en 2020. Ce spectacle visuel et sonore, abstrait et onirique, joue sur les ambiances et les atmosphères.

Hakim Molina
hakim.molina@wanadoo.fr

Hakim et son tapis de notes... Oui des notes ! Quand Hakim est derrière sa batterie ce ne sont pas des claquements. Ce ne sont pas des tintements de cymbales. Ce ne sont pas des roulements de caisse claire... Non! Hakim, il compose des tapis de notes. Des harmonies rythmiques. Ça fait comme des petites bulles qui cheminent vers la surface de l'eau. Minuscules. Elles remontent en zigzaguant vers la surface. Mais elle ne suivent pas une trajectoire verticale. Avant d'arriver en haut elles dansent. Et, quand enfin elles parviennent à la surface, elles explosent. Ouais ! C'est ça la batterie d'Hakim. "Hugues Goyé"